En Afrique du Sud, les artistes passent désormais aux NFT

Devenus populaires tout récemment, les NFT (acronyme de l’anglais Non-fungible Token), encore appelés ‘’jetons non-fongibles’’ en français sont des unités « économiques » qui font référence à un bien ou à un actif pouvant être changé contre un autre bien ou un autre actif de même valeur.

Ces termes utilisent la même technologie que les crypto monnaies ou le Bitcoin, à la seule différence que ceux-ci sont traçables.

Bienvenu dans l’entreprise Sud-Africaine qui aide les artistes à vendre leurs œuvres en tant qu’actifs numériques NFT tout en restant écologiquement responsable.

The Tree en Anglais ou tout simplement « l’entreprise du futur », est cette plateforme qui a tendu la main aux artistes sud-africains voulant expérimenter le meilleur du monde physique et numérique de l’art.

Grace à elle, les jeunes artistes du pays de Nelson Mandela peuvent désormais exposer puis commercialiser leurs créations. L’un d’eux, Fhatuwani Mukheli dit même pouvoir se mettre à jour au sujet des tendances artistiques qui passaient d’abord par l’occident : «… Je pense que la chose la plus étonnante avec cet espace numérique, c’est qu’il nous met en concurrence totale en même temps et avec tout le monde à travers le globe. Avant, les choses étaient lentes, les tendances commençaient en Amérique et arrivaient chez nous un an ou deux ans plus tard. Aujourd’hui, nous sommes à jour, nous sommes dans le futur, nous sommes littéralement au même niveau que n’importe quel pays . ».

Si cette entreprise semble être une aubaine pour les sud-africains, pour son fondateur Dan Portat, le but est surtout de compenser les émissions de carbone émises par les ventes de crypto-art. De plus, elle permet aux artistes de vendre leurs NFT et de collaborer aussi avec une organisation de la ville du Cap pour un projet de reboisement.

Le processus de vente comment ca marche ?

Une fois la transaction effectuée, l’acheteur reçoit un jeton numérique vérifié ou encore un certificat numérique, prouvant que l’œuvre est originale.
Le NFT le rend unique et traçable. Il indique également le vendeur, l’acheteur, le prix et la date de la vente.

Comment bien investir dans les NFT ?

Sachant que dans ce type d’entreprise, l’on peut gagner de l’argent avec : les œuvres d’art numériques, les objets de collection, les jeux vidéo NFT, les projets NFT, entre autres, il faut aussi noter que le plus important sera de trouver un artiste ou une collection de NFT avec une forte communauté autour. Car la place d’une communauté dans le succès d’un NFT est primordiale. Puisque sans fan, l’effet de rareté qui permettrait de faire monter le prix ne saurait exister. Alors s’il n’y a pas de demande, le prix ne pourrait non plus augmenter.

La rédaction

𝐍𝐨𝐫𝐚 𝐌𝐚𝐠𝐞𝐫𝐨, 𝐥’𝐢𝐧𝐠é𝐧𝐢𝐞𝐮𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐯𝐚𝐜𝐢𝐛𝐨𝐱

Première Kenyane à recevoir le prix africain de l’innovation en ingénierie de la Royal Academy of Engineering, Norah Magero s’assoit désormais à la table des élites de son pays !

Ingénieure en mécanique et experte en énergies renouvelables, la co-fondatrice de Drop Acces a réussi à transformer ses acquis pédagogiques en une véritable œuvre higtech appelée vacibox, un petit réfrigérateur portable alimenté par l’énergie solaire.

Avec 20 kg de poids et une capacité de 40 litres, cet appareil est équipé d’une batterie de secours pour prolonger ses 9h d’autonomie en cas de faible ensoleillement, d’un port USB pour recharger des appareils notamment des téléphones portables, tablettes, et un système de surveillance intégré.

Une solution complète qu’apporte la jeune ingénieure à son pays où certaines localités manquent jusqu’ici d’accès à l’électricité. A vélo, à moto ou dans une voiture, cet outil conçu au préalable pour le lait facilite aujourd’hui la vie des populations africaines.

Aujourd’hui grâce à cette innovation, son pays le Kenya et d’autres pays à savoir le Mozambique, le Malawi, le Nigéria, l’Ethiopie, l’Inde, entre autres, peuvent enfin stocker, puis transporter les vaccins pour un usage de proximité, tout comme dans les endroits éloignés en toute fiabilité. Sur ce, bon vent à cette autre figure s’ajoutant ainsi sur la liste des personnes qui portent haut les couleurs du drapeau kenyan à l’international !

La Rédaction

L’association Universelle pour l’Avancement des Noirs (UNIA)

Qualifiée comme étant le plus grand mouvement panafricain de masse de tous les temps, cette association fut créée en 1914 par Marcus Mosiah Garvey en Jamaïque.

Marcus Garvey

Ancien imprimeur, journaliste et militant politique, le père du panafricanisme la met sur pied dans l’espoir de reformer la situation des africains à travers le monde. Il commença donc par la création de la Ligue de l’Association Universelle pour l’Amélioration et la conservation des Noirs et des Communautés Africaines qui va faire la place plus tard à l’UNIA.

Siège U.N.I.A


Un sigle significatif qui va porter haut le flambeau de la révolution, avec des objectifs majeurs tels que : la fourniture des installations nécessaires à l’enseignement, la réhabilitation des personnes diminuées, la stimulation de l’industrie et du commerce, l’établissement d’une confrérie universelle au sein de la race, l’assistance aux nécessiteux,…

Des actions aussi diverses que importantes pour la cohésion des états africains.

La conquête du monde

Garvey faisait le tour du monde pour attirer le public, des milliers de personnes (au moins 5000) par réunion à ses débuts.
L’UNIA devenait donc déjà une force majeure pas seulement en Afrique, mais aussi à travers les autres continents notamment l’Europe et l’Amérique. Elle était devenue le mouvement africain avec la plus grande renommée dans le monde. L’une de ses conférences a même accueilli environ 25000 personnes au « Madison Square Garden » faisant une parade de 10 km de long. Quelques-unes parmi les grandes puissances d’aujourd’hui y participaient (le Panama, le Nigéria, l’Angleterre, l’Afrique du Sud,…).

Des histoires y étaient enseignées, le droit à la citoyenneté africaine était revendiqué pour les résidents de la diaspora africaine et d’autres décisions étaient prises à l’instar de celle qui stipulait que les couleurs rouge, noir et vert étaient officiellement celles de la race africaine.

Le point culminant

Au milieu des années 1920, l’organisation atteint 6 à 11 millions de membres dans plus de 40 pays puis devient le plus grand mouvement afro-américain, pan caribéen et panafricain sur le continent africain avec plus de 700 branches seulement aux Etats-Unis (dans37 Etats) faisant état de près de 40000 membres pour le plus grand record en occident. Il y avait également des branches en : Afrique du Sud, Australie, Angleterre, au Brésil, au Venezuela…

La Une des médias

L’UNIA faisait parler d’elle dans tous les grands médias et le Negro World (son journal, créé en 1918 et qui était le plus largement distribué dans le monde à l’époque) n’était pas en reste. L’association attirait toute catégorie de profils et son cercle d’influence était bien plus large que ses simples adhérents. Elle regroupait en son sein : des professionnels, juristes, pasteurs, travailleurs sociaux, écrivains, universitaires,…

Marcus motivait les peuples africains à se cultiver et à écrire leur propre histoire, s’autodéterminer et à agir pour son intérêt.

L’influence sur des personnalités

De nombreuse figures emblématiques ont été influencées par ce mouvement notamment : le Président Kwame Nkruma du Ghana, le Général Nnamdi Azikiwe du Nigéria, Jomo Kenyatta du Kenya sans oublier les leaders des années 1920 de l’African National Congress (ANC) en Afrique du Sud, l’honorable Elijah Mohamed de la Nation de l’Islam(un membre de la division de détroit), les parents de Malcom X (les organisateurs du mouvement), le collectif des leaders et des travailleurs politiques dans la Caraïbes anglophone des années 1930,…

Toutefois, si ce grand mouvement intercontinental a connu des exploits, il a également des soubassements qui ont commencés au Libéria, suivies des chefs d’accusation des autorités américaines contre Garvey devant les tribunaux car son franc succès sonnait déjà comme une alarme face aux Etats-Unis et aux gouvernements européens. Par conséquent, il était donc déjà perçu comme une grande menace face à la subjugation européo-américaine persistante sur le continent africain.

La rédaction.

Anna Qabale Duba, la meilleure infirmière du monde !

Choisie parmi 22 000 candidats venus de part et d’autres à travers le monde, Anna Qabale Duba a remporté le statut de la meilleure infirmière du monde le week-end dernier lors de la soirée de gala du Guardians Global Nursing Award dans un hôtel de luxe à Dubaï devant : partenaires, professionnels de santé, ainsi que les 9 autres candidats présélectionnés.

L’infirmière de l’hôpital principal de comté de Marsabit au Kenya, a accueilli avec émotion cette distinction internationale et a exprimé sa gratitude en affirmant : « …je suis heureuse et fière car pour moi qui ai grandi dans un village rural du Kenya, je n’aurai jamais imaginé dans mes rêves les plus fous qu’un jour je me trouverai ici à être honorée par une organisation mondiale comme celle-ci. Je remercie mes proches et ma famille toute entière pour tout l’amour et le soutient témoignés dans cette aventure professionnelle’’.

La nouvelle élite Kenyane de 31 ans au parcours inspirant, s’est surtout démarquée par son engagement dans la santé et la société à travers un projet éducatif assez original (le concept est une école implantée dans son village natal au nord du Kenya avec le matin des cours donnés aux enfants et le soir, un enseignement apporté aux parents), dans lequel elle s’allie aux femmes de son Torbi natal (village) pour lutter contre les mariages précoces et les mutilations génitales féminines.

Cette récompense de 250 000 dollards plus ce titre honorifique représentent donc « une victoire pour l’Afrique, une victoire pour le Kenya. Mais c’est par-dessus tout une victoire pour les femmes des villages ruraux » selon la toute première diplômée universitaire de son village qui dit vouloir investir sa fortune dans l’extension de son école (Torbi Pioneer Academy) sur toute l’étendue du territoire national pour l’intérêt des familles.

Félicitations Anna Qabale Duba !

Anna Qabale Duba, la meilleure infirmière du monde !